Presse
Jaquette Epaves d’avion

Epaves d’avion

  • magazine : Stantari
  • numero : 31 - novembre 2012
  • date : 01 novembre 2012
  • catégorie : Sciences & techniques

Sommaire

  • Le réseau Sentinelles

    Depuis 1995, l’université de
    Corse, avec le soutien de
    l’Inserm (Institut national
    de la santé et de la recherche médicale),
    développe des recherches en génétique
    humaine et en épidémiogénétique dans
    un contexte méditerranéen.

    par Bertrand Thibault , Laurent Varesi , Jean-Pierre Amoros
  • Les coléoptères invasifs

    On verra sur terre des
    créatures qui s’entretueront
    sans cesse.
    Leur méchanceté n’aura point de limite,
    leur violence détruira les grandes forêts
    du globe et même après s’être rassasiées,
    elles ne cesseront point pour cela leur désir
    de répandre le carnage, les tribulations
    et l’exil parmi toutes les créatures. Il ne
    restera rien sur terre ou sous les eaux qui
    ne sera pourchassé et exterminé, et ce qui
    est dans un pays déporté dans l’autre… »

    par Éric Jiroux , Patrick Prévost
  • Chiens

    Chiens de chasse, chiens de race, chiens
    choyés ou chiens errants, juchés fièrement
    à l’arrière des pick-up, dormant au soleil
    sur les perrons… s’il est un animal omniprésent
    en Corse (peut-être plus qu’ailleurs), c’est Canis
    familiaris. Petit hommage à la plus ancienne espèce
    domestiquée par l’homme (à moins que ce ne soit
    l’inverse !).

    par Cécile Breton
  • Leurre et chaleur

    La pollinisation des fleurs par les insectes n’est pas toujours
    affaire de bonnes relations. Certaines plantes dupent les
    insectes qui les pollinisent. En Corse, cette pollinisation par
    déception a été étudiée chez les Aracées : celles-ci leurrent les
    insectes visitant leurs fleurs, malgré l’hospitalité chaleureuse
    qu’elles leur promettent.

    par Marc Gibernau , Angélique Quilichini
  • Portrait d’un régicide

    On a beaucoup écrit sur le “cas” ou,
    mieux encore, le mélodrame criminel de
    Giuseppe Fieschi et sur les conditions
    d’organisation et de déroulement de
    l’attentat qui, le 28 juillet 1835, avait
    manqué de tuer le roi des Français
    Louis-Philippe Ier. Mais le personnage
    central de cette affaire, dont on devait
    retrouver la silhouette évoquée par
    d’illustres figures du romantisme, a
    été souvent, et sévèrement, déformée ;
    l’attentat fut horrible, et il n’est pas
    question ici de l’amoindrir ou de le
    justifier, mais la figure de Fieschi,
    émergée brusquement, lors de son
    procès surtout, parmi ses affreux
    et stupides complices, n’était pas
    dépourvue d’un certain panache.

    par Raphaël Lahlou
  • Les représentations du “Maure bourreau”

    Cette thématique apparaît dans la
    peinture insulaire dès le xviie siècle,
    période durant laquelle on assiste
    à l’implantation de la politique
    tridentine en Corse. Dès lors, Bastia – qui s’illustre comme
    la capitale génoise de la Corse – va accueillir en son sein
    l’évêque de Mariana et construire la cathédrale Sainte-Mariede-
    l’Assomption dans le quartier de Terra Nova. La ville
    se transforme en un gigantesque chantier pour se pourvoir
    de nombreuses églises, chapelles, oratoires et couvents afin
    d’abriter les nombreux religieux qui vont peupler la cité.

    par Frédérique Valery
  • Archeologia aeronautica, perchè no ?

    Ainsi commence l’article de Domenico Macaluso, publié
    dans le no 71 (septembre 1998) de la revue italienne Archeologia
    Viva qui traite, plus particulièrement, d’archéologie
    aéronautique sous-marine. Il évoque l’étude, du Macchi
    MC202 d’Aldo Gon, pilote de la Regia Aeronautica (aviation
    militaire italienne), abattu dans les eaux de Malte en 1942,
    et démontre l’utilité de l’application des méthodes de
    l’investigation archéologique dans les domaines de l’histoire
    récente. En 1988, le général Giuseppe Pesce, ancien pilote
    et fondateur du musée historique de l’aviation de Vigna di
    Valle (Braciano Ro.) évoque ce concept dans un ouvrage
    consacré à la discipline. C’est un autre visage de l’archéologie,
    une sorte de travail de mémoire, qui respecte la mission de
    base : retrouver, comprendre et raconter… surtout quand les
    témoins vivants disparaissent peu à peu.

    par Franck Allegrini-Simonetti
  • De Sancta Amantia à Sant’Amanza

    S’il est un vocable qui pose
    encore bien des problèmes
    de lecture, c’est bien celui de
    Sant’Amanza. En Corse, une dizaine
    de lieux-dits portent encore son nom,
    alors que son origine, elle, demeure
    inconnue. Bien sûr, un certain nombre
    d’hypothèses ont été produites (sainte
    d’origine nord-africaine, romaine
    ou encore martyre locale) qu’aucune
    recherche historique ou archéologique
    n’a pu étayer. En élargissant les investigations
    au pourtour méditerranéen, il
    est alors possible de retrouver l’histoire
    d’une sainte empruntant un nom très
    proche de notre Sant’Amanza.

    par Pierre Canon

A propos du magazine

Stantari
Stantari STANTARI est une revue scientifique grand public, pluridisciplinaire et centrée sur la Corse. Elle s'adresse à la communauté des amoureux de la Corse, de sa nature exceptionnelle et de sa culture millénaire. Elle propose de découvrir le véritable visage de la Corse et la richesse de tous ses patrimoines. Les articles proviennent des meilleurs spécialistes dans des domaines aussi variés que l'archéologie, l'histoire, la météorologie, la botanique, la géologie, etc. La revue est éditée sous l’égide d’un conseil scientifique dirigé par Yves Coppens et regroupant les grands noms de la recherche dans le domaine des sciences naturelles et historiques.

Dans la même catégorie