Des femmes qui en ont : la nouvelle image de la femme dans le polar

Si elles écrivent des polars depuis longtemps et n'ont plus rien à prouver dans ce domaine, la représentation des femmes dans la littérature policière a largement évolué avec le temps. Fini les enquêtes à l'heure du thé, fini l'image de la blonde évaporée, femme fatalement fatale par qui l'homme trébuche et le malheur arrive. Les mythes se renversent.

Dans les polars d'aujourd'hui, les femmes se trimballent des valises pleines de doutes, de failles et de fragilités. Cependant, elles ne sont pas des héroïnes auréolées d'un voile de sainteté. Elles apparaissent comme des dures à cuire, qui lèvent le coude, fument comme des pompiers, revendiquent leur sexualité, des francs-tireurs suivant leurs propres règles et qui ne lâchent pas l'affaire. Désormais ce sont elles qui occupent le devant de la scène, elles ne sont plus des comparses de seconde zone, ou des Miss Marple du dimanche : l'amateurisme ou la simple intuition ne suffisent plus : policières, détectives privées, juges, criminologues, rien ne les détourne de leur mission, pas même leurs défauts !

Quant à leur rôle de victime, attention de ne pas trop les chatouiller, même au fond du trou, elles se battent comme des lionnes.

Consultez notre mode d'emploi et notre FAQ pour découvrir comment télécharger nos ebooks.

Sélections récentes

Tonino Benacquista

Ne vous fiez pas au titre gentiment sentimental « Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une » dans son dernier roman Tonino Benacquista nous entraîne dans le confinement (clin d’œil !!…

Le label JMS (Jean-Marie Salhani)

Avant d’être éditeur musical Jean-Marie Salhani  était bassiste dans un groupe de blues-rock appelé "Solitude".
Très vite il se passionne pour l’édition musicale et fait ses classes aux Editions Cha…

Le pays des autres - Leila Slimani

Le pays des autres, nouveau roman de Leila Slimani (auteure de Chanson douce – Prix Goncourt 2016) nous plonge dans le Maroc des années 50 et montre combien assumer ses choix est difficile. Mathilde …